Bleu Nuit

C’est tout d’abord le nom de cette nouvelle enseigne qui nous avait interpelées… »Bleu Nuit« , quoi de plus intriguant et atypique ? Puis, en passant devant le restaurant qui allait alors ouvrir ses portes, les affiches graphiques et colorées nous attirèrent l’œil… C’en était trop, il fallait le découvrir ce Bleu Nuit ! Enfin, plutôt le redécouvrir… On vous dresse le tableau : Une devanture sobre, « Bleu Nuit » est inscrit en tout petit, c’est à peine si on le devine. A l’intérieur, du bois, au sol et sur les tables égayées par quelques fleurs, quelques bougies réchauffant la pièce, du blanc sur les murs et ces affiches qui les animent. Des affiches de groupes de rock des années 60-70, The Clash, The Velvet Underground etc. Puis, plus loin, des photographies affichées en noir et blanc, on y retrouve des scènes de concerts, on aperçoit Iggy Pop dans sa jeunesse. Il n’y pas à dire, l’endroit est teinté d’une influence musicale spéciale, un rock ancien qui semble toujours bien vivant…

Et ce n’est pas les morceaux passés durant la soirée qui nous faussèrent la piste. Pour notre plus grand plaisir, c’est avec les sonorités de Dire Straits, Toto ou encore les jeunes Carougeois de « The Animen » que nous profitons de notre repas.

IMG_9517

IMG_9522

IMG_9519

IMG_9518

Plus tard dans la soirée, en discutant avec l’équipe, nous comprenons davantage le sens de  cette histoire musicale ambiante. Les patrons ont cherché à faire revivre un bar ancien, présent dans les années 90 à ce même emplacement, le « Bleu Nuit » justement. C’est donc pour cela que pour certains, ce nom ne vous était pas inconnu…

A l’époque, le « Bleu Nuit » rassemble toute une population alternative, mettant en scène des groupes de punk-rock Genevois ou des environs. Lieu emblématique de cette culture musicale, ce bar pris fin quelques années plus tard.

Certes, le « Bleu Nuit « de 2016 est bien moins sale… Les sols sont moins collants et les murs ne transpirent plus, penseront les « vrais » ayant vécu ces anciennes années. Mais le but n’est pas de recréer ce qu’il n’y a plus, car cela fonctionne rarement, mais plutôt de rendre hommage, de mettre en avant et de remémorer une époque passée riche culturellement.

IMG_9537

Le Bleu Nuit a une histoire donc, et ça, ça nous plait. Quelque chose de vrai, qui semble avoir un sens, en tous cas une réflexion et des envies particulières à la base de la création de ce nouveau lieu.

Venons-en à la cuisine, car c’est finalement tout aussi intéressant !

Elle est à l’image du lieu, authentique ! Sans chichis ni fioritures, mais délicieusement bonne. Vous trouverez sur la carte une partie « grill » avec entrecôte de boeuf, côtelettes d’agneau ou encore filet de boeuf. Chaque viande est servie avec une sauce et une garniture à choix. Une autre partie composée de quelques plats et quelques entrées vous sont également proposée. La carte est petite, selon les envies du chef, qui la changera environ tous les mois. Petite mais de qualité, et c’est bien le plus important.

Ce soir là, nous étions 2 et avons partagé une entrée : le carpaccio  de saumon Label Rouge, yuzu, sésame et concombre.

IMG_9530

Un sans-faute pour commencer, le saumon est tendre, coupé finement, il fond dans la bouche ! Le sésame et concombre ajoutent du croquant et la sauce soja vient relever le tout. Il fut dévoré en quelques coups de fourchette…

Nous avons ensuite pris un plat chacune : les gnocchis de patates douces, sauge, pignons, roquette et l’entrecôte de boeuf, sauce chimichurri et purée de pomme de terre au wasabi.

IMG_9539

 

IMG_9528

IMG_9529

La viande est de qualité, tendre et la cuisson parfaite. Sa sauce, Chimichurri, est un assaisonnement typique d’Amérique du Sud, à base d’huile d’olive, d’épices et de tomates séchées. Une sorte de marinade, justement dosée, aux saveurs méditerranéennes. Elle s’allie parfaitement à la viande et la purée de pomme de terre l’accompagne également à merveille. Relevée en wasabi sans pour autant que celui-ci ne l’emporte sur le plat. Un délice !

Et nos papilles se souvinrent des gnocchis de patates douces… D’un croustillant à l’extérieur et d’un fondant à l’intérieur. Servis avec la roquette et les copeaux de parmesan, l’alliance est parfaite, le plat est plus que réussi ! Nous nous en souviendront de ceux-ci… Pour ceux qui souhaitent les goûter, courrez-y avant que la carte ne change !

Il nous restait une minuscule place pour le dessert et nous voulions voir si les douceurs de Bleu Nuit étaient aussi bonnes que leurs plats… Nous nous sommes partagées une pannacotta de cannelle, accompagnée d’ananas.

IMG_9525

Pas d’erreur sur le dessert non plus ! Une panna cotta onctueuse (la crème est bien présente ! ) et les ananas se marient très bien avec.

Le restaurant propose également des plats du jour à midi, végétarien à 19.- et normal à 21.-.

Pour ce qui est des prix et par rapport à ce que nous avons mangé ce soir-là, ils sont corrects. La viande était à 35.- et les gnocchis 28.-. L’entrée à 22.- et le dessert à 9.-

Nous avons pris deux verres de vin chacune, ils étaient très bons, bien que peut-être un peu chers (7,50.- et 10.-)

Le restaurant possède également une salle qui peut être privatisée à la demande du client pour des événements ou autre.

IMG_9524

En somme, un véritable coup de cœur pour ce Bleu Nuit qui ne nous a déçues sur aucun point ! Pouvoir déguster de bons plats dans un lieu marqué d’une histoire est d’autant plus agréable. Nous nous réjouissons déjà de notre prochaine visite !

Point

Infos pratiques:

Bleu Nuit, Rue du Vieux-Billard 4 1205 Genève

Page facebook

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s