Un cinquième jour solidaire, présentation d’un restaurant atypique

Cela fait des mois que nous l’attendions cette ouverture! Un projet innovant que le chef Walter El Nagar a créé et il se nomme « le cinquième jour ». Pourquoi ce nom? Qu’est-ce qui fait que ce nouveau restaurant gastronomique est différent des autres? Nous sommes allées tester un soir pour vous raconter ce qu’il s’y passe.

Nous avions 4 jours à choix pour aller manger dans ce restaurant d’un nouveau genre. Mais pourquoi donc s’appeler le cinquième jour s’il y en a que 4 d’ouvert? Ce mystère s’explique en lisant le site internet du lieu. Voici est un établissement solidaire, ce fameux cinquième jour qui tombe le samedi est donc réservé et fermé au public et profite à des personnes faisant parties d’associations et ne pouvant pas se permettre d’aller au restaurant. La Croix rouge, Carrefour Rue et Serve de City travaillent en partenariat avec le chef qui propose un menu complet et offert à ces personnes dans le besoin. L’occasion pour eux d’aller au restaurant comme « tout le monde » et surtout de pouvoir avoir accès à de la cuisine gastronomique.

Le concept

Ce concept est le premier à Genève. En allant manger au Cinquième jour, vous participez au financement de ce repas solidaire. Un bon moyen de se faire plaisir tout en faisant un geste pour les d’autres. La monnaie reste rangée puisque le payement se fait à la réservation. Le prix est unique: 35Chf a midi et 110CHf le soir pour un menu comprenant 6 plats (omnivore ou végétarien/vegan). Seuls les extras sont à payer en fin de repas. Un cash less restaurant donc, comprenez un restaurant sans argent.

Découverte

Se faire plaisir bien sûr et surtout découvrir…même voyager! Voyager aux pays des saveurs et des alliances surprenantes. Nous avons été étonnées par les plats en dégustant des aliments que nous ne connaissions même pas comme ce champignon qui pousse sur les arbres, comestible qu’une partie de l’année, la langue de boeuf. Une cuisine locale et contemporaine imaginée par le chef Walter, alias Mad chef, cuisinier consultant au Fisk (Ritz Carlton) mais aussi à Susuru et d’un pop-up qui a eu lieu cet été, POLP.

Walter a lancé ce concept inédit à Genève et désire faire naître chez nous notre esprit critique, surprendre…s’interroger, est-ce qu’on aime? ou pas? Il cherche les interactions et l’avis des personnes qui entourent le comptoir sur ce qu’il propose. Il nous a confié que parfois un bout de la salle adorait un plat tandis que l’autre non. Des échanges autour des plats se font alors naturellement et nous sommes embarqués dans les découvertes…toute une expérience!

Nous sommes 8 ce soir autour de cette table en arc de cercle pouvant en acceuillir 12 au maximum. L’esprit est convivial et l’ambiance chaleureuse, nous voyons tout le monde et surtout nous avons la vue entère sur la cuisine ou Walter, le sous chef et les serveurs jonglent avec les plats tour a tour comme un balais bien rôdé. C’est un spectacle oui et c’est ludique. Ecoutez bien les recommandations, certaines préparations se mangent avec les doigts, d’autres d’une bouchée.

Le menu

Nous commençons par les amuses-bouche: Une boule du lac aux fleurs malaisiennes (pour la couleur) qui explose en bouche, du melon avec de la tapenade d’olive, des carottes fermentées, du saumon… des bouchées fraîches et déjà surprenantes.

Puis nous recevons la suite: Le fameux champignon langue de bœuf mariné au jus d’ail noir accompagnés de bolets fermentés et de chanterelles. Nous avions d’abord cru, visuellement, à un légume mais au goût pas de doute c’est bien du champignon! Une découverte, nous avons aimé ce mélange et ce goût de la nature.

Mais que voit-on arriver? Nous en avions entendu que du bien: Un beurre au cenovis… on pourrait bien s’en relever la nuit et cela semble faire l’unanimité autour du comptoir.

Notre coup de cœur se porte sur le carpaccio d’écrevisses du lac aux framboises avec ces chips et son jus, un délice. Puis nous dégustons des raviolis fourrés avec différentes farces du lac, surmonté d’os à moelle et de caviar avec des pickles d’oignons, à manger d’une seule bouchée. Les avis sont partagés, le goût de l’os à moelle prend le dessus, il faut aimer.

Joue de veau s’ensuit avec du cressons et un jus de kale, les saveurs sont bruts, la viande cuite à la perfection.

Et pour terminer en beauté nous pouvons choisir du fromage sélectionné par Max, artisan bien connu du marché des Grottes. Des produits de qualités et choisi minutieusment.

La suite…

Une boite est posée sur le comptoir devant nous depuis déjà quelques minutes. Seul le logo du Cinquième jour en lettre romaine y est inscrit. Le suspens se termine lorsqu’une râpe s’y joint. Walter et le sous chef vont enfin nous faire découvrir ce qui ressemble à un dessert! Pendant que l’un dépose une quenelle de glace a l’intérieur l’autre râpe de la truffe. Le résultat: un cheesecake à la glace au bolet et à la truffe. Vous avez bien lu…à nouveau une découverte. Le goût du champignon prend le dessus face à la truffe mais surprenant à nouveau.

Pour accompagner ce repas, nous avons le plaisir de déguster des vins naturels et sélectionnés a moins de 200km au tour du restaurant. Chasselas de Corsier (Lavaux), Petite Arvine du Val d’Aoste, Domaine des Crêtets à Satigny par exemple.

Une bien belle soirée, un peu hors du temps et surtout hors du commun! Bravo pour cette belle idée, nous espérons que nombreux serons les personnes qui pourront en profiter…le cinquième jour.

Informations pratiques

 

Rue des Eaux-Vives 25, 1207 Genève

Ouvert au public du mardi au vendredi 12h-14h30 et 18h30-23h

Site internet